Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

La réalisation d’une corde peut sembler longue (voir article précédent), nous avons toutefois une solution très rapide pour réaliser une corde de type flamande. Il ne s’agit pourtant pas d’une solution miracle, mais plutôt une option qui comporte des avantages et des inconvénients.

 

LA SOLUTION PROPOSÉE

Le principe est donc assez simple :

– Acheter une corde en rouleau ou en pelote dans le commerce ou sur internet. Le choix d’une corde résistante est essentiel, mais pas toujours simple.

– Couper un morceau de corde 30-40cm plus long que l’arc (un peu plus si vous désirez une boucle de chaque côté).

– Réaliser une boucle d’un côté et un nœud d’archer de l’autre (ou une boucle des deux côtés). Il est aussi possible d’utiliser une corde sans boucle, il faut alors réaliser un nœud d’archer à la poupée inférieure et un nœud serrant en bandant l’arc.

 

CHOISIR LA CORDE

corde d'arc flamande rapide - lin

Le plus simple sera d’acheter (dans les magasins de bricolage, sur internet…) une corde de chanvre ou de lin (la plupart des autres matériaux utilisés dans les cordes commerciales ne sont pas très efficaces pour les arcs – trop élastique ou difficile à plier). La grande majorité des cordes commerciales sont encore de type « toronnées » (genre « cordes flamandes »). Le nombre de torons est régulièrement de 3 ou 4 (jusque parfois 8-9 torons).

Le lin est surtout utilisé pour les diamètres inférieurs à 2-4mm (appelé fil) et le chanvre au-delà (corde ou cordelette). Les bonnes cordes précisent généralement la limite de rupture en kg (à convertir en livres). Elle devra résister à 4x la puissance tirée par l’archer (attention un arc de 50# à 28’’ pèse environ 60# à 32’’). Les diamètres de 3-4mm conviennent généralement pour les arcs de 50 livres environ.

Idéalement, la corde doit être la plus fine possible pour un maximum de résistance, ce qui implique une très bonne qualité (fibres longues) et une bonne régularité de l’épaisseur de la corde. Malgré tout, les cordes commerciales seront souvent plus épaisses qu’une corde réalisée en Dacron et la résistance sera moins bonne (changer plus régulièrement).

D’une manière générale, ce type de cordes « rapides » sera moins efficace qu’une corde prévue pour l’archerie !

 

RÉALISER LA BOUCLE

Il existe plusieurs solutions pour réaliser la boucle :

1 – LES NŒUDS

noeud particulier pour maintenir la corde

The traditional Bowyer’s bible – volume 2

a- Réaliser un nœud d’archer des deux côtés de la corde est envisageable (aussi appelé « nœud de bois« , « nœud d’anguille », « coulant allemand »…), mais pas toujours idéal pour bander l’arc aisément (selon le type de poupée). D’autres types de nœuds peuvent être réalisés autour de la poupée en bandant l’arc (exemples : nœuds de cabestan, de grappin…). Les archers contemporains détesteront toutefois ces solutions peu conventionnelles. Dans le cas de poupées sans coche (très rare), les nœuds serrants sont toutefois les seules solutions envisageables.

b- Les nœuds réalisant une boucle (simple, en huit, de chaise ) pourraient convenir dans le principe, mais la surépaisseur proche de la poupée peut faire bouger la corde lors du tir et perdre en précision.

 

2 – LES ÉPISSURES  (ou ŒIL ÉPISSÉ)

Les boucles réalisées par épissure seront les plus ressemblantes aux cordes flamandes traditionnelles. Il s’agit d’une solution parfaitement fonctionnelle et esthétique qui ne crée pas de nœud en « boule » pouvant dévier la corde lors du tir. Il s’agit d’ailleurs qu’une solution traditionnelle pour réaliser la deuxième boucle d’une corde flamande toronnée manuellement (lorsque l’on ne désire pas de nœud d’archer).

Corde d'arc rapide - corde avec épissure

Il existe plusieurs solutions pour réaliser une épissure. Elles peuvent varier selon le nombre de torons de la corde de base (éviter les cordes ayant trop de torons). Le principe de base reste le même :

– Enrouler un fil (ou du scotch) à 15-20 cm du bout de la corde.

– Détoronner l’extrémité jusqu’au fil.

– Déterminer la largeur de la boucle

– Démarrer l’épissure en ouvrant les torons de la corde primaire afin de réaliser la base de la boucle. Pour ouvrir ces torons, l’outil appelé « épissoir » sera utile (facilement réalisable avec un petit tuyau ou bic poncé).

Attention de bien tendre chaque toron à la base de la boucle afin de ne pas créer de point de faiblesse.

Quelques exemples illustrés : 3 torons  – 4 torons (1)  (2)  (3)

 

Il existe une méthode « simplifiée » pour réaliser une épissure :

– Les premières étapes sont identiques, sauf qu’au moment d’ouvrir les torons un par un, il faut alors détoronner la corde primaire sur 15-20cm.

– Enrouler ensuite les extrémités (elles aussi détoronnées) autour des torons principaux et ensuite resserrer les torons sur eux-mêmes.

Cette solution n’est pas aussi esthétique et est moins solide. Il est donc utile de réaliser une surliure à la base de la boucle avec un fin fil de lin.

 

3 – LA SURLIURE

Une dernière solution pour réaliser la boucle sera simplement de replier l’extrémité de la corde afin de créer une boucle et de ligaturer les deux morceaux entre eux avec un fin fil de lin sur 10-15cm. L’idéal est de commencer par faire plusieurs tours en perforant les deux morceaux de corde et en serrant fortement. Ensuite, une surliure masque l’ensemble et tient serrés les deux morceaux de corde. Le résultat ressemble davantage au tranche-fils des cordes d’arc modernes (cordes « sans fin »).

CC BY-NC-SA 4.0