Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Voici quelques conseils d’utilisation, stockage et entretien de nos arcs ou de tout autre arc en bois de facture manuelle et traditionnelle. Ceci a comme but d’augmenter la durée de vie des arcs, d’éviter leur déformation et leur mauvaise utilisation.

 

CONSEILS D’ENTRETIEN

LES ARCS VERNIS
– Les arcs vernis n’ont pas besoin d’un entretien particulier, une tache peut être enlevée à l’eau savonneuse.

LES ARCS HUILES, CIRES ou GRAISSES
– L’aspect est plus naturel (plus historique, on peut l’imaginer), mais il demande un entretien plus régulier. Ces protections n’empêchent pas les taches non plus, toutefois, celles-ci apportent une patine plus ancienne aux arcs.
– Il faut remettre régulièrement une couche de protection tous les 3 à 6 mois (surtout lorsque le bois a reçu la pluie ou qu’il semble trop « sec » en surface). En réalité, il n’est plus utile d’ajouter d’huile de lin lorsque le bois a besoin de plus qu’une journée pour l’absorber.
– Peuvent être utilisés pour entretenir l’arc : huile (de lin ou autre), huile de lin + essence de térébenthine, graisse (incolore de préférence), cire, cire + huile de lin…

 

CONSEILS DE STOCKAGE

– Toujours retirer la corde si l’arc n’est pas utilisé pour plus d’une heure ou 2 (surtout s’il est laissé au soleil ou à la pluie).

– Positions pour stocker l’arc :
> à la verticale (appui sur une poupée ou cornette)
> à l’horizontale sur un support continu ou entre 2 appuis (éviter les appuis trop proches des poupées ou du centre de l’arc).
> Jamais en oblique contre un mur (risque de déformation).

– Où le stocker :
> Jamais à proximité d’une source de chaleur (radiateur, feu, au soleil, devant une baie vitrée…)
> Jamais dans un endroit trop humide (cave, extérieur, salle de bain…) ou trop sec (local surchauffé…)
> Idéalement dans une pièce normalement chauffée ou un garage non humide.

 

CONSEILS D’UTILISATION

Ne jamais tirer à vide (sans flèche), cela peut endommager l’arc, car l’énergie stockée est restituée à ce dernier plutôt qu’à la flèche.
– Éviter de prêter son arc, surtout à un débutant ou à quelqu’un qui tire à une allonge supérieure à la sienne (ou supérieure à la puissance testé par le facteur d’arc).
– Il est parfois conseillé de « chauffer » son arc avant le tir. Pour cela, il faut le bander à mi-allonge puis revenir (sans lâcher), et ceci une quinzaine de fois avant d’encocher la première flèche.
– Un rodage peut être réalisé avec un nouvel arc, bien que rien ne démontre que cela ait une incidence sur la durée de vie de l’arc. Il s’agit de ne pas l’utiliser à pleine allonge pour les 100 premiers tirs (2’’ de moins que l’allonge définitive).

 

LA CORDE

– remplacer la corde lorsqu’elle semble en mauvais état (avant qu’elle ne casse, car cela peut endommager l’arc).
– Nos arcs acceptent des cordes en fibres naturelles (lin, chanvre, ortie, tendon, soie…) et en Dacron
– Ne jamais utiliser de corde en Fast Flight ou d’autres fibres modernes.
– Nos cordes sont de type « flamandes » à une seule boucle généralement. Il faut alors réaliser un nœud d’archer (autoserrant) pour la poupée inférieure. Il faut éviter de tendre la corde en la tordant, et privilégier un ajustement en modifiant le nœud d’archer.
– Selon la corde réalisée, il est possible qu’elle se tende lors des premiers tirs (sorte de rodage de la corde). Ceci impose donc de modifier le nœud d’archer après quelques tirs afin de conserver un band d’environ 15-17 cm.

 

BANDER L’ ARC

Il existe plusieurs manières de bander un arc :

Utilisation, stockage et entretien,ander un arc simple avec deuxième corde

> Avec une fausse corde
– Placer la vraie corde à la poupée basse (boucle supérieure glissée le long de l’arc).
– Prendre une fausse corde (plus longue) et glisser la boucle inférieure contre la vraie corde, et la boucle supérieure à la deuxième entaille (plus éloignée)
– prendre l’arc à la poignée, la fausse corde sous les pieds et tirer l’arc vers le haut
– l’arc se plie, ce qui permet de placer la vraie corde (demander à un ami si nécessaire).
Il faut dans ce cas que l’arc ait 2 coches à la poupée supérieure. C’est souvent le cas avec les cornettes, mais plus rarement lorsque le coche est taillé dans le bois.
Cette méthode est recommandée pour tous les arcs, et souvent indispensable pour les arcs reflex et les arcs puissants.

Utilisation, stockage et entretien bander arc entre les jambes
> Entre les jambes
– Passer l’arc entre les jambes, la poupée inférieure devant la cheville gauche et le centre de l’arc sur la cuisse droite (ou vice-versa pour les gauchers).
– Prendre l’extrémité supérieure de l’arc avec la main droite et pousser vers l’avant du corps de manière à placer la corde avec la main gauche
(Il est aussi possible de faire plier l’arc sur les fesses, par-dessus l’épaule de l’archer – plutôt pour les petits archers)
Cette méthode est la plus simple pour la majorité des arcs. Mais il faut absolument tenir l’arc à l’extrémité des branches (pied et main) et le plier en son centre, sinon il pourrait casser, car il est prévu de plier uniquement avec un appui central et une force à chaque extrémité. Certains facteurs d’arc interdisent cette méthode pour leur arcs.
Utilisation, stockage et entretien bander un arc en poucant et tirant> Le poussé-tiré
– caler la poupée inférieure contre la voute plantaire
– tirer l’arc en son centre tout en poussant la poupée supérieure et la corde avec l’autre main jusqu’à réussir à placer la corde dans le coche.
Méthode que l’on juge plus difficile (sauf pour des arcs légers) même si certains archers l’utilisent régulièrement. Nous ne la recommandons pas. Certains facteurs d’arc interdisent cette méthode pour leur arcs. Nous le déconseillons également.

Utilisation, stockage et entretien bandoir pour bander l'arc


> Avec un bandoir fixe
Il s’agit d’un dispositif fixe constitué des supports solidement fixé à un mur ou sur pied et permettant de bander l’arc en tirant sur la branche supérieure. Idéalement, l’écart entre les supports doit être adapté à la taille de l’arc.
Ce matériel est plus utilisé en salle, bien qu’il soit possible d’en fabriquer des mobiles (2e dessin).

 

UTILISER L’ ARC

– Sur la plupart de nos arcs, nous réalisons un signe (marque du facteur d’arc généralement) permettant de distinguer l’endroit où doit passer la flèche contre l’arc. La main de l’archer se situe juste en dessous afin de tenir la flèche (sauf si l’arc possède un repose-flèche)
– Sur la corde, la flèche doit être placée environ 5mm au-dessus d’une droite fictive perpendiculaire à la corde afin d’obtenir le meilleur tir. Toutefois, il est utile de régler le détalonnage avec plus de précision (la méthode ici).
– Il peut être utile de placer des nock-sets pour maintenir le réglage (attention, ils peuvent couper la corde) ou encore un enroulage de fils maintenu avec de la colle (plus léger et sans risque pour la corde).
Pour les arcs puissants, il peut être utile d’enrouler du fil de cette manière au-dessus et en dessous de l’emplacement de la flèche sur 1cm de haut chacun (comme un petit sablier). En effet, une corde plus large au doigt donne l’impression que l’arc est moins puissant.

 

CONSEILS DE SÉCURITÉ

– Ne jamais pointer un arc armé vers quelqu’un … c’est évident !
– Éviter d’armer en levant l’arc (si la flèche part lors de ce geste, elle peut aller très loin et blesser quelqu’un)
– Utiliser un gant pour protéger les doigts de tir ainsi que la main sur laquelle repose la flèche
– Utiliser un protège-bras pour éviter la friction de la corde sur l’avant-bras de l’archer.

 

RETOUR

 

Texte : Fabien Houssin

CC BY-NC-SA 4.0